Joachim Robert
présente :

360 in 365, l'archive le journal d'un an de voyage autour du monde par Joachim Robert 360 in 365, l'archive

194

16 mars 2010

Manille, Philippines

lien de la page jour précédent jour suivant

sur le blog : Que va-t’il me rester des Philippines ?

Je suis resté trois semaines aux Philippines. J’y suis allé par surprise, au lieu de visiter l’Indonésie. J’y suis allé parce qu’un ami américain, rencontré à Pékin il y a, hum, cinq ou six mois, en a passé trois aux Philippines, en prenant son temps, en allant d’île en île et en prenant le temps de connaître le pays et ses habitants. Surtout ses habitantes.

Il m’a dit, les Philippines c’est génial. Il m’a parlé des plages, et tout ça. J’ai aussi demandé à l’ami philippino-américain, qui m’a mis en contact avec ses amis qui connaissent bien le pays. C’est pour ça que j’ai choisi les Philippines. Les gens n’ont pas arrêté de m’en dire du bien.

Et ils avaient bien raison.

Une décoration de jeepneyUne décoration de jeepneyAux Philippines j’ai vu des coraux immaculés, des sentiers de montagne magnifiques et des gens absolument accueillants et sympa et incroyables. J’ai vu des paysages pas encore pourris par le tourisme, peu de gros hôtels à 20 000 chambres ou d’autoroutes quatre fois quatre voies par exemple. Par contre le tourisme est très adapté au fait que les Philippines, les filles, sont gentilles et très belles pour la plupart, et qu’elles ont besoin d’argent. Et que des occidentaux vieux et gros et laids et avec de l’argent n’ont parfois pas de scrupules à mettre celui-ci dans la poche des filles du pays en échange de certains services.

C’est un des pays les plus pauvres que j’ai visités, mais les gens y étaient parmi les plus ouverts et les plus accueillants.

Le conseil qu’on m’a donné, c’est de quitter Manille le plus rapidement possible. Manille, c’est pas vraiment le meilleur endroit pour jouer au touriste. Vu ce que le reste du pays peut montrer, le conseil était avisé. Il y a un seul quartier qui vaut la visite, Intra Muros, le vieux quartier espagnol, et un mall, le plus grand du pays. La fierté des Philippins.

Mais les îles, les montagnes, les gens, et pas trop de touristes. Y’en a, des touristes. Mais le système n’est pas perverti comme en Thaïlande ou dans certaines régions du Vietnam. Le patrimoine n’est pas encore trop endommagé par l’industrie touristique. Enfin bon, ça dépend des endroits. Je n’ai pas visité les villes avec les resorts et les hôtels cinq étoiles et les toilettes à l’occidentale. Il y en a sur des îles, avec des gens qui viennent rencontrer des jeunes demoiselles.

Dans l'atelier d'un charpentierDans l’atelier d’un charpentierLa culture locale est étrange. Après 400 ans de domination espagnole et un demi-siècle de domination américaine… On trouve encore des traces tribales, les chasseurs de têtes des montagnes ou les rizières en terraces. Mais on voit beaucoup d’églises et le langage est très influencé par l’espagnol. Et tout le monde parle un peu anglais, regarde des films hollywoodiens (surtout avec de la violence et des vampires) et chante des chansons américaines au karaoké. J’ai vu un vieux philippin, à un mariage, chanter My Way1, sans se faire assassiner. Finalement, toutes les idées préconçues ne sont pas forcément vraies…

Mais bref. C’est pas difficile de voyager aux Philippines. Il faut se souvenir de réserver son lit deux ou trois jours à l’avance où qu’on aille. C’est pas toujours cool de parcourir la ville à la recherche d’un hôtel pas cher. J’ai aimé ce pays, j’y retournerai un jour… et je saurai réserver un lit à l’avance.

Dans un tout autre ordre d’idée, j’ai plus de deux semaines de retard sur mon blog, mais ça tombe bien j’ai pas pris des tas de photos intéressantes en Corée.

Publié le , article original : 360in365.com/i/1060


  1. Il existe une légende urbaine philippine, liant la chanson My Way de Sinatra à des meurtres dans des bars à karaoké.
    Plus d’infos : http://nyti.ms/qe1hcA 

philippines manille blog